La ferme du Bec Hellouin n’est pas uniquement un petit paradis, c’est aussi et surtout un lieu défiant tous les discours sur l’agriculture intensive pratiquée depuis l’après guerre et encore présentée comme la seule solution pour nourrir la planète.

Depuis 2006, Charles et Perrine Herver-Gruyer, alors totalement étrangers au monde paysan, ont réussi à créer un lieu très productif en Normandie.

Ainsi, avec la méthode qu’ils ont mise au point et appelée la Méthode du Bec Hellouin, les rendements à surface égale sont de 6 à 8 fois plus importants, voire 30 fois plus pour certaines cultures. La production est donc en moyenne 10 fois importante qu’avec une méthode d’agriculture conventionnelle.

La méthode de la Ferme du Bec Hellouin repose sur les fondements éthiques de la permaculture :

  • Prendre soin de la Terre
  • Prendre soin des hommes
  • Partager équitablement les ressources et les récoltes

Elle cherche à explorer une manière d’habiter la Terre qui soit à la fois douce pour la nature et pour les hommes. Les besoins des êtres humains et leur bien-être sont pris en considération, comme ceux des plantes, des animaux et de la planète. Elle s’inscrit dans le long terme et se veut pleinement adaptée à l’ère post-carbone.

La méthode de la Ferme du Bec Hellouin travaille dans le sens de la vie, et non contre elle. Elle n’est pas une règle rigide, d’autant plus qu’elle n’en est qu’aux premiers stades de son élaboration. Chaque paysan, chaque paysanne, riche de ses aspirations, de ses préférences et compétences, est libre d’adapter cette approche à ses choix et à son contexte pédoclimatique (condition de température et d’humidité), économique et social.

Ainsi sur seulement 4200 m², plus de 1000 variétés sont cultivées. Les cultures sont donc très denses et pour cela la terre est largement amendée (amélioration de la fertilité de la terre) avec le compost produit sur place et enrichie avec des engrais verts. Les cultures sont également systématiquement paillées afin de retenir l’humidité.

Ici, pas de tracteurs ou d’autres engins à moteur (donc pas de pétrole), mais un travail à la main et de petits outils adaptés aux surfaces cultivées.

Entre autres techniques étudiées et donc utilisées à la Ferme du Bec, il y a celle des paysans parisiens qui au début du XIXé siècle nourrissaient la totalité de la population de la capitale (soit 1.8 million d’habitants) et exportaient même une partie de leur récolte en Angleterre.

Cette expérience d’agriculture paysanne en permaculture a même intéressé l’INRA (l’Institut National en Recherche Agricole) et AgroParisTech, qui effectuent depuis 2011 un programme de recherche sur le site intitulé « Maraîchage biologique en permaculture et performance économique ».

Cette étude à entre autre démontré que sur seulement 1000 m² de terrain le chiffre d’affaire annuel est de 56 000 euros (pour un salaire net d’envrion 2 000 euros) soit le CA obtenu sur une surface 10 fois plus grande en culture conventionnelle.

Petit vidéo didactique



CTRL+C CTRL+V
La méthode de la Ferme du Bec Hellouin
Demain, une nouveau monde en marche (page 76) Cyril Dion – 2015 -Editions Acte Sud, Collection Domaine du possible


Lire
Résistance agricole : la Ferme du Bec Helloin
La méthode de la Ferme du Bec Hellouin
Permaculture – Nourrir les Hommes, guérir la Terre – Editions Acte Sud, Collection Domaine du possible
Demain, une nouveau monde en marche (page 76) Cyril Dion – 2015 -Editions Acte Sud, Collection Domaine du possible


Lien
Ferme du Bec Hellouin
Facebook La Ferme Biologique du Bec Hellouin (permaculture)

 

Publicités