De Hyères à Marseille, en passant par Nice, Londres et Die, le parcours d’une touche à tout.

Née à Hyères, dans le Var, passée par la Fac de lettre de Nice, en Médiation Culturelle et Communication, j’ai par la suite traîné mes valises jusqu’en Angleterre où je suis restée un peu plus d’un an, dont 5 mois à Londres.

Chargée de mission au service com d’une commune de 20 000 habitants dans le Var, puis chargée du développement économique d’un centre de vacances (200 lits) dans la Drôme, je me suis spécialisée dans le tourisme adapté aux personnes en situation de handicap. Une mission tourisme adapté pour une communauté de communes de la Drôme a suivi.

En 2009, changement de décor ! Je quitte mon coin de vallée, au pied du plateau du Vercors, mon fils de 8 ans sous le bras par une journée d’Août et arrive en fourgonnette sur Marseille.

Là, je participe à l’aventure de la première épicerie paysanne marseillaise, puis me spécialise dans le tourisme responsable.

Un jour de l’automne 2011, je frappe à la porte de Baptiste Rabourdin, Benjamin Leroy et Françoise de Butler, les co-fondateurs de la SCOP eco-SAPIENS, qui ont développé en 2006 le site eco-sapiens.com, premier guide d’achat éthique en ligne et source d’informations sur la consommation (guide labels, dossiers…).

Je leur propose de développer un site dédié au tourisme responsable (référentiels, guides des bons labels et des truands, offres d’hébergements écoresponsables labellisés et de loisirs doux).

Mes yeux devaient alors briller pas mal, car ils me disent banco !

Ce projet s’appellera Via-SAPIENS, et durera 3 ans. 3 années d’une chouette collaboration avec des personnes assez folles pour m’aider à porter ce projet ambitieux. Je ne connaissais alors rien au monde du web et tombe dans un univers très loin du mien où l’on parle de marketing digital, de HTML et de CSS. Je me colle aux questions d’Open Data, au community management… je m’arrache les cheveux souvent, m’étripe parfois avec mon collègue développeur, finis toujours par en rire.
Les bonnes choses ont parfois une fin, notre collaboration se termine quelques jours avant Noël 2014, faute de moyens financiers pour continuer, mais avec la certitude d’avoir fait partie d’un beau projet et d’une belle équipe.

Aujourd’hui, je souhaite me recentrer sur un projet à échelle humaine, utilisant toutes mes compétences, et qui fait sens.

Revenir dans le concret, à ce projet que j’ai en tête depuis mon adolescence et après un petit aparté dans le monde du virtuel.

Confectionner des tartes et des gâteaux, faire bouillir l’eau (mais pas trop) pour le thé ou faire ronfler la machine à café me plait assez, et être en plus porteuse de bonnes nouvelles, mon bonheur sera assuré.

Publicités